SAMEDI 26 NOVEMBRE > HAROLD LOPEZ NUSSA Trio 

Roberto Fonseca a un jeune frère : dans la lignée des pianistes de jazz qu’a produits l’île de Cuba, Harold López-Nussa est un surdoué virtuose à la joie communicative.
Pianiste cubain virtuose — pléonasme —, ce trentenaire éminemment sympathique, au français parfait, marche dans l’ombre de son aîné Roberto Fonseca. Certes moins musclé, a priori moins photogénique en marcel — avec une tignasse hirsute et un faux air d’Emmanuel Chain —, il possède un jeu au clavier en re- vanche extraordinairement plus épatant. Mais sa discographie, dont l’excellent New Day (2013), ne laisse pas tout à fait entrevoir la fulgurance de sa maestria de concertiste, ni son énergie, sa chaleur et sa joie communicatives.

Sur scène, le dialogue instrumental qu’il développe avec son jeune frère Ruy López-Nussa (batteur au jeu tendu et ciselé) atteint des sommets insoupçonnés. En trio, Harold sonne comme un orchestre. Harold, dans ses compositions nous raconte l’histoire musicale d’une collaboration transatlantique, entre pentatonisme mélodique africain et tradition de la grande école du piano cubain.

Harold LOPEZ NUSSA : Piano Ruy LOPEZ NUSSA : Batterie Thibault SOULAS : Contrebasse


1ère partie : SWING BONES et NICOLAS GARDEL

Fondé en 2016 avec l’idée de rendre hommage aux « Four Bones » de François Guin (leur premier album s’appelait « Tribute to François Guin), l’ensemble SWING BONES, composé des trombonistes Jérôme Capdepont, Baptiste Techer, Jérôme Laborde et Olivier Lachurie et de Thierry Gonzalez au piano, Julien Duthu à la contrebasse et Guillaume Nouaux à la batterie, nous offre un nouveau disque issu d’une colla- boration avec le trompettiste Nicolas Gardel.

Nous pourrions même dire que Swing Bones a confié les clefs de la maison au trompettiste puisque c’est lui qui s’est occupé de la composition et des arrangements des différents morceaux. Le résultat est tout à fait enthousiasmant. Nicolas Gardel a complètement saisi l’intérêt de cet ensemble, joue avec la rondeur et la rutilance du timbre des trombones, la fulgurance des musiciens, tout en y ajoutant l’éclat et la couleur de sa trompette. Le tout poussé par une rythmique implacable, une virtuosité et de solides compositions.

La thématique de l’alcool est très présente avec « Wine poccket », Rhum à ranger », Ethanol Express » »Cid y Brahim ». Ce n’est a pour rien que l’album s’appelle « La part des Anges ».
De quoi nous enivrer et à déguster sans modération…

Nicolas GARDEL (Trompette)
Trombones: Jérôme CAPDEPONT – Baptiste TECHER – Jérôme LABORDE – Olivier LACHURIE Piano: Thierry GONZALEZ – Contrebasse : Julien DUTHU – Batterie: Guillaume NOUAUX



Thierry GONZALEZ Trio 

Thierry GONZALEZ Trio Thierry GONZALEZ : Piano
Julien DUTHU : Contrebasse
Guillaume NOUAUX : Batterie