SAMEDI 06 NOVEMBRE >HOMMAGE à MICHEL PETRUCCIANI

LAURENT COULONDRE

VICTOIRE DU JAZZ 2020 « Michel on my mind »

« Laurent Coulondre rend hommage à l’un des musiciens qui a le plus marqué son parcours de musi- cien et de jazzman : Michel Petrucciani. A l’occasion des vingt ans de la disparition de celui qui fit com- prendre au monde qu’on pouvait être français et néanmoins jazzman exceptionnel, le jeune prodige des claviers fait appel à Jérémy Bruyère (contrebasse) et André Ceccarelli (batterie) et à une renommée section de cuivres afin de faire revivre le répertoire du pianiste aux os de verre, et nous montre – s’il en était besoin – que le jazz est un langage qu’il maîtrise. »

1999… Michel Petrucciani, le plus petit pianiste du monde et géant de l’histoire du jazz, nous laissaitinconsolables mais allait susciter une vocation chez Laurent Coulondre. À la découverte de l’al- bum « Michel plays Petrucciani », ce jeune prodige des claviers fut littéralement subjugué par la patte Petrucciani : l’osmose parfaite entre une redoutable puissance rythmique et un sens de l’épure mélodi- que unique.

20 ans plus tard, notre nouvelle sensation du piano hexagonal et international – fort de 4 albums sous son nom, sacré « Révélation » aux Victoires du Jazz 2016 et n°1 des artistes français les plus program- més dans des festivals emblématiques à l’international en 2017 – se sent prêt à rendre à Michel Petruc- ciani tout ce que celui-ci lui a donné. Il fait sienne sa devise « Je ne crois pas au génie, seulement au dur travail » et replonge avec frénésie et envie dans les cordes du piano acoustique et son univers mu- sical.

Laurent compose et arrange un répertoire hommage, empreint de cette créativité, de cette combativité et de cette urgence dont le Maestro a fait preuve toute sa vie et nous montre – s’il en était besoin – que le jazz est un langage qu’il maîtrise de mains (gauche incluse) de maître.
Pour être à la hauteur du 20ème anniversaire de la disparition de ce géant et de cette sublime harmo- nie intergénérationnelle voguant entre modernité et tradition que Michel Petrucciani a toujours défendue et promue (Michel Petrucciani & Charles Lloyd, Michel Petrucciani & Clark Terry…), Laurent Coulondre s’entoure, à la basse et contrebasse, de l’extraordinaire musicalité du jeune Jérémy Bruyère et, à la batterie, du grand André Ceccarelli qu’on ne présente plus. Cerise sur le gâteau, et ceci afin de remer- cier le public et les responsables conilhacois qui l’ont soutenu au début de sa carrière, le pianiste a invi- té pour l’occasion ce qui actuellement se fait de mieux dans le domaine des cuivres: Nicolas Folmer (Trompette), Stéphane Guillaume (Saxo) et Denis Leloup (Trombone).

Le brillant claviériste qui a remporté la Victoire du Jazz 2020 propose un répertoire émouvant à la hau- teur du génie généreux et solaire qu’était Michel, mariant à merveille des sons riches et chauds et une rythmique volcanique et subtile.
L’évidente élégance de Michel était, est et restera…



PREMIERE PARTIE : CREATION MOJO

Fortement soutenu par Jazz/Conilhac qui a été tout de
suite séduit par le projet de création autour de l’œuvre de Dr John, ce nouveau groupeMOJO va puiser dans la musique du légendaire chantre du blues de la Nouvelle Orléans pour y trouver ce groove unique teinté de cet esprit vaudou qui faisait de lui un sorcier du bayou à l’incroyable “mojo”. Hommage ou relecture, inspiration ou évocation, ce quin- tet nous emmène sur la piste d’un surprenant parcours musical.
Toute sa vie le chanteur, pianiste et guitariste a perpétué et fait vivre l’héritage musical métissé de la Nouvelle Orléans. Véritable incarnation de la créativité débridée et de la richesse du patrimoine musical de la ville, Malcolm John Rebennack dit Dr.John a créé une œuvre aussi personnelle que visionnaire en mêlant les pulsations vaudous au zyde- co, au blues, au jazz, au boogie woogie, au rock psychédélique ou au funk.
Sideman de luxe, Dr. John a enregistré avec les Rolling Stones, Mike Bloomfield, Van Morrison, Leon Redbone, Donald Harrison, B.B. King, Marcus Miller…
Avec son funk-rock vaudou, il s’est imposé parmi les musiciens majeurs de La Nouvelle-Orléans, sur les pas d’autres maîtres du clavier comme Fats Domino. Récompensé par plusieurs Grammy Awards, ce musicien qui mélangeait l’anglais au patois créole s’est produit dans les plus grands festivals de jazz internationaux.
Un bel hommage pour ce premier concert de cette originale création.

Paul SLIM : guitare-chant Guillaume GARDEY de SOOS : trompette
Vincent BOISSEAU:  saxophone baryton Martin JAUSSAN : basse Quentin BRAINE : batterie


NAIMA Quartet

Naïma GIROU :Contrebasse, Voix John OWENS : Guitare Jules LE RISBE : Piano Thomas DOMENE : Batterie